Article mis en avant

Les mots du Président…

Les Résistants espagnols de la Haute-Savoie parmi les premiers « soldats civils » de l’Armée Secrète.

Le Comte François de Menthon crée son mouvement de Résistance « Liberté » en novembre 1940.

En novembre 1941, le mouvement « Libération Nationale » d’Henri Frenay et « Liberté » de François de Menthon fusionnent leurs forces pour créer le mouvement « Combat ». Cet accord a lieu à Lyon, d’où le mouvement doit se propager.

Une cellule est amenée à Annecy, à l’Auberge du Lyonnais. Les aubergistes Jean-Marie et Flora Saulnier deviennent les deux premiers Agents P2 de la France combattante du mouvement « Combat ».

De ce mouvement émane l’Armée Secrète. Les Espagnols ont leur P.C. à l’Auberge du Lyonnais.

Voilà comment les Résistants Espagnols se sont trouvés parmi les premiers « soldats civils » de l’Armée Secrète.

La création de ce site a comme objectif principal de faire connaître le parcours exceptionnel de ces combattants de la Liberté, parcours ignoré du public et surtout complètement absent des livres d’histoire.

Dans ce sens, nous faisons un appel aux descendants, amis, sympathisants et à toutes les personnes qui posséderaient des documents de cette époque. Ces documents devront couvrir leur passage dans les camps d’internement du sud de la France, leur engagement dans les Compagnies de Travailleurs Étrangers, la Légion, la Résistance, etc.

Peu à peu nous pourrions ainsi nous approcher de notre objectif, ouvrir au grand jour cette facette de l’histoire si méconnue et continuer l’action de passeurs de mémoire pour les nouvelles générations.

Miguel VERA, Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole en Haute-Savoie.

 

&&&

 

Discours du Général Jean-René BACHELET, Président de l’Association des Glières, lors du baptême de la Section EBRO du 27ème BCA à Thorens-Glières le 16 octobre 2015 :

Hommage du 27 mars 2021 au Capitaine Anjot

Hommage au Capitaine Anjot et ses camarades Républicains Espagnols

thumbnail_20210327_114502

Le 27-3-44, au cours des combats des Glières, sont tombés sous les balles allemandes 6 maquisards dont le capitaine Anjot et trois résistants espagnols.

Dans le cadre du 77ème anniversaire des Combats des Glières, a eu lieu le Fleurissement du Mémorial Capitaine Anjot et ses compagnons le 27 mars.

Tout l’article

Baptême de la section Ebro du 27e BCA

thumbnail_7- Le Lieutenant commandant la Section EBRO montre son Fanion

Le 15 janvier 2021 s’est déroulé au 27ème BCA, dans l’enceinte du quartier Tom MOREL, une émouvante cérémonie au cours de la quelle une section du bataillon a reçu comme nom de baptême celui de la section Ebro du maquis des Glières.

Si, compte tenu de la situation sanitaire, la cérémonie s’est tenue sans public, ce fut, pourtant, un moment empreint d’émotion et de fierté.

La suite ICI

Sur les traces de la Nueve

Du 14 au 16 novembre 2019, une délégation de notre association s’est rendue à Paris pour un pèlerinage qui nous a conduit sur les traces de la colonne Dronne avant de nous rendre au Père Lachaise pour un recueillement sur les monuments et tombes liés aux républicains espagnols. Notre petit périple s’est conclu par une cérémonie commémorative avec un dépôt de gerbe au pied de la tombe du Soldat Inconnu et une visite de la Capitale…la suite ici

Cérémonie du 24 janvier 2021

LE 24 Janvier 2021 s’est déroulé la 77e cérémonie d’hommage à Richard ANDRES et Leon BOUVARD

Ce dimanche 24 janvier 2021 à 11h30 a eu lieu la cérémonie en hommage à la mémoire de Richard Andrès et Léon Bouvard, au square Andrès et Bouvard à Sur les Bois, commune d’Annecy le Vieux.

Richard Andrès, résistant de la première heure et organisateur des premiers Maquis, …lire la suite

Merci Marie Claire

Marie Claire CONCHA DEL DAGO passe le relai

Pour des raisons de santé, d’obligations professionnelles et même familiales, Marie-Claire, notre webmaster a souhaité laisser la charge du Site Web.

Marie-Claire a créé le Site Web de notre Amicale en 2014. Elle l’a administré magistralement jusqu’à il y a peu de temps. Je dois souligner, que durant cette période, elle a accompli un travail remarquable. Avec compétence et efficacité, elle a fait vivre notre Site Web, donnant à notre Amicale de la visibilité et de la notoriété.

Le Site a été visité par la plupart des pays du monde. Et oh miracle, des familles en Espagne ont retrouvé un de leur parent enterré à la Nécropole de Morette.

Avec mon admiration, mes remerciements chaleureux pour Marie-Claire.

Miguel Vera

Cérémonie commémorative 2021 en hommage à Richard Andrès et Léon Bouvard.

Comme chaque année, nous célébrons la mémoire de Richard Andrès et Léon Bouvard.

Cette année, la Cérémonie aura lieu dimanche 24 janvier prochain à 11h30

monument d'Annecy le Vieux

Compte tenu du contexte sanitaire et contrairement aux autres années cette commémoration ne sera, malheureusement, pas publique.

Après une longue négociation avec la préfecture nous avons obtenu l’accord d’inviter une dizaine de personnes. Ça ne permet pas d’inviter toutes les personnalités et autorités qui ont l’habitude de venir, mais on fera avec. Il n’y aura pas de vin d’honneur.

Toutefois, dans le contexte actuel, nous pouvons nous féliciter de pouvoir avancer dans l’action d’honorer la mémoire de nos héros.

Miguel VERA

Cérémonie commémorative du 76ème anniversaire de la mort de Richard Andrès et Léon Bouvard.

Dimanche 19 janvier 2020 a eu lieu la cérémonie en hommage à Richard Andrès et Léon Bouvard à Annecy-le-Vieux, au hameau de Sur-les-Bois, endroit même où furent abattus nos deux héros par les forces nazies d’occupation.

IMG-20200120-WA0000

En plus du public présent malgré le froid, de nombreuses personnalités assistaient à la cérémonie :

  • Monsieur le Directeur de Cabinet de Mr Le Préfet de Haute-Savoie –Sous- Préfet.

  • Monsieur le Maire de la Ville Déléguée d’Annecy-le-Vieux. Ancien Président de l’Assemblée Nationale.

  • Madame Véronique RIOTTON, Députée de Haute Savoie.

  • Madame Laure TOWNLEY BAZAILLE, Conseillère Départementale.

  • Monsieur le Directeur de l’ONACVG.

IMG-20200120-WA0001

Après les discours, on procéda au dépôt de gerbes :

IMG-20200120-WA0017IMG-20200120-WA0018IMG-20200120-WA0020IMG-20200120-WA0006IMG-20200120-WA0007IMG-20200120-WA0011IMG-20200120-WA0010

Pour mémoire, Richard ANDRES, Résistant de la première heure, organisateur des premiers Maquis, fut le fil conducteur qui permit à chaque Républicain espagnol des Groupes de Travailleurs Étrangers cantonnés en Haute-Savoie de déserter ces Groupes et rejoindre les Maquis. Avec ces Maquis espagnols commandés par Miguel VERA, Richard Andrès prit de plus en plus d’importance. Il fut nommé chef du SAP –Service Atterrissages et Parachutages –  pour la Haute-Savoie.

La Mission Interalliée (mission Musc), venue de Londres, fut reçue à l’Auberge du Lyonnais, plaque tournante de la Résistance, seule adresse connue des Alliés et siège du PC de la Résistance espagnole.

Cette Mission devait, dans un premier temps, vérifier l’organisation et l’effectif des Maquis. Dans un deuxième temps, évaluer la capacité de ces Maquis à recevoir des armes et la quantité.

C’est Richard Andrès qui conduit la mission Musc auprès des Maquis de toute la Haute-Savoie. Un travail énorme et très dangereux pour Andrès (déplacements, contacts avec les Maquis, communications avec Londres, rapports à l’état-major de la Résistance), tout ceci dans la clandestinité.

Il s’en suit une grande amitié entre le chef de la Mission Musc, le Lieutenant-Colonel Xavier Heslop et Richard Andrès.

Heslop a une grande estime pour Andrès.  Il apprécie énormément le travail et la valeur de Résistant d’Andrès. Il l’a écrit dans ses mémoires.

Richard Andrès a joué un rôle très important pour obtenir des armes auprès des Alliés.

Les maquisards espagnols se sont trouvés au premier plan pour l’organisation et la réception de ces armes.

La Haute-Savoie est le premier département de France à être libéré par ses seules forces unies de la Résistance, cas unique en France. Nous pouvons ajouter : grâce aux armes envoyées par le Alliés.

Richard Andrès a joué un rôle de premier plan auprès de la Mission Musc pour obtenir ces armes libératrices.

Discours de Miguel VERA, Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole :

IMG-20200120-WA0023

Monsieur Le directeur de Cabinet de Mr le Préfet, représentant Monsieur le Préfet de la Haute-Savoie.

Monsieur le Maire de la Ville Déléguée d’Annecy-le-Vieux.

(Madame la Députée).

Madame la Conseillère Départementale.

Monsieur le Directeur de l’ONACVG.

Mesdames et Messieurs les élus des différentes Municipalités.

Monsieur le Président de l’Association des Glières.

Mesdames et Messieurs les Présidentes et Présidents d’Associations Patriotiques.

Messieurs les responsables des Gendarmeries de Haute-Savoie.

Mesdames et Messieurs les Porte-drapeaux.

Mesdames, Messieurs.

Chers amis.

Merci de votre présence à cette cérémonie du souvenir pour rendre hommage à la mémoire de nos deux héros Richard Andrès et Léon Bouvard qui dans la fleur de leur jeunesse ont tout sacrifié pour la France et la Liberté.

Ils ont été lâchement assassinés par les forces nazies d’occupation le 18 janvier 1944 à cet endroit même.

Ils ont été assassinés parce qu’ils ont refusé de se soumettre. Ils sont allés jusqu’au sacrifice extrême pour la Liberté, la dignité humaine et l’amour de leur Pays.

La tête de Richard Andrès est mise à prix par la Gestapo. Ce jour, la Gestapo a l’information qu’Andrès doit passer par là. Une Section entière de la Wehrmacht envahit le hameau de Sur-les-Bois. Des soldats, il y en a partout, raconte un témoin. La route est coupée par un barrage. Trois fusils mitrailleurs sont judicieusement disposés de part et d’autre de la route pour ne laisser aucune chance à tout véhicule qui s’approche. Il est aux alentours de 17 heures quand la voiture des deux résistants traverse le hameau. Mais c’est seulement à la fin de cette courbe que le barrage peut être aperçu. Pas le temps de reculer. A cet instant, férocement, avec rage, sans sommation, les trois fusils mitrailleurs entrent en action et déchargent leur mitraille. Le vrombissement des armes est terrible. L’écho résonne sur les parois du Parmelan. Les habitants de Sur-les-Bois sont épouvantés.

Les filles de Monsieur Alphonse Garnier, Léa et Andrée, ont suivi la scène depuis la fenêtre de leur maison toute proche.

Avant de quitter les lieux, les Allemands dépouillent la voiture : un poste de radio émetteur-récepteur pour communiquer avec Londres qu’utilisait Richard Andrès.

Richard ANDRES fut le fil conducteur qui permit à chaque Espagnol qui désertait les Camps de Travailleurs Étrangers encadrés par la police de Vichy, de rejoindre les Maquis. Il fut l’un des deux premiers chefs des Résistants espagnols. Sa disparition les choqua profondément. En plus du choc émotionnel, ce fut aussi le désarroi car Andrès était un chef mais aussi leur interprète et leur lien avec la Résistance française. Bien sûr ils se ressaisirent vite sous le commandement de Miguel VERA, compagnon de la première heure de Richard Andrès, mais cet évènement  restera marqué à jamais dans l’esprit de chaque Résistant.

Très marqués par ce tragique épisode, les Anciens Résistants espagnols ont toujours eu à cœur la commémoration de cet événement qui représentait pour eux une des marques de leur identité.

A ce titre nous sommes très reconnaissants et remercions très chaleureusement la Municipalité d’Annecy-le-Vieux de son engagement, de son investissement pour pérenniser cette cérémonie.

Avec ces Maquis espagnols, Richard ANDRES prit de plus en plus de l’importance. Au début juillet 1943, il est nommé chef du « Service Atterrissages et Parachutages » le SAP de l’Armée Secrète pour la Haute-Savoie. Cela fit jouer un rôle de premier ordre aux Résistants espagnols dans l’organisation, la préparation puis la réception des armes parachutées par les Alliés. Aux Glières, ces Résistants ont combattu sous l’uniforme du 27ème BCA. Ils ont tissé des liens très forts entre eux et Tom MOREL, lequel leur porta une grande estime. Il avait particulièrement apprécié le fait que ces Résistants, très disciplinés et efficaces, avaient emmené sur le Plateau des armes soigneusement entretenues et gardées depuis la dissolution du 27ème BCA le 11 novembre 1942.

La dynamique que Richard ANDRES avait inculquée aux Résistants espagnols, se manifesta dans leur comportement exemplaire et héroïque au Plateau des Glières (rappelons-nous les éloges que Tom MOREL leur fit sur le Plateau), puis à la libération du département de la Haute-Savoie,  ainsi que la libération de la vallée de la Tarentaise et la vallée de la Maurienne en Savoie.

La Haute-Savoie peut se vanter d’être le seul département de France à s’être libéré par ses propres forces de la Résistance unie. On peut ajouter,  grâce aux armes envoyées par les Alliés.

Richard Andrès fut la cheville ouvrière et acteur de premier plan dans le processus, les démarches et l’action pour obtenir auprès de la Mission Interalliée envoyée par Londres, les armes libératrices.Ceci se confirme par la citation du Lieutenant-Colonel Richard Heslop dit Xavier, chef de la Mission Interalliée qui a écrit dans ses mémoires : « Richard Andrès et Tom Morel étaient tous deux des personnalités remarquables, des combattants de qualité, leur souvenir est toujours vivant ».

André Malraux nous a dit « la plus belle des sépultures c’est la mémoire des vivants »

Cette cérémonie permet de perpétuer cette mémoire.

Ainsi, aujourd’hui, le plus bel hommage que nous pouvons rendre à nos héros est de ne pas oublier.

Ne pas oublier que, pour conquérir la Liberté dont nous jouissons, beaucoup d’hommes et de femmes, ont succombé sous les balles des mitrailleuses nazies, aux pelotons d’exécution, dans leur maison incendiée, dans les camps d’extermination.

Une pensée pour eux en même temps que nous rendons hommage à la mémoire de Richard Andrès et Léon Bouvard, morts au combat pour la France et la Liberté.

Article du Dauphiné Libéré sur la cérémonie paru le mardi 21/01/2020 (page 10)

IMG_1300

 

Sur les traces des républicains espagnols du GTE 514 à Savigny.

Le samedi 1er juin, par une belle journée ensoleillée,  50 personnes, adhérents et invités de notre Amicale, se sont rendues à Savigny, à l’extrême ouest de la Haute-Savoie, pour y découvrir le « Chemin des Espagnols ».

IMG_1013IMG_1018                                  Le groupe au début du « Chemin des Espagnols » à Olliet

Pour cette sortie, nous avions un guide de grand renom en la personne de Monsieur Jean-Louis Mugnier, historien de la commune, qui nous a accueillis très chaleureusement avec son épouse Françoise et informés à chaque étape de notre périple.

IMG_1022 IMG_1021                        Jean-Louis Mugnier en train de nous donner des explications à Olliet

Ce sont des républicains espagnols du GTE (Groupe de Travailleurs Étrangers) 514, issus de la « Retirada » (« Retraite ») de 1939 et en provenance du camp de Gurs, arrivés vraisemblablement à Savigny en septembre-octobre 1940, qui l’ont construit à la pelle, à la pioche et à la sueur de leur front. Ce chemin, empierré et carrossable d’environ un kilomètre et demi, relie Olliet à Plamont.

IMG_1017                                             Départ du « Chemin des Espagnols » à Olliet

C’est avec beaucoup d’émotion et de respect que nous l’avons emprunté, en pensant à ces républicains espagnols du GTE 514 qui l’ont creusé, dont deux familles de descendants étaient parmi nous.

IMG_1023IMG_1029IMG_1032IMG_1030IMG_1037IMG_1038

Au cours de notre pèlerinage, nous avons pu voir également le vestige d’un « four de carbonisation » restauré au Vuache. A l’époque, il y en avait entre 20 et 30. Ce sont les Espagnols qui commencèrent à les mettre en œuvre. Ils devaient, entre autres travaux, fabriquer du charbon de bois dans ces fours.

IMG_1040IMG_1042IMG_1046                              Le groupe devant le « four à carbonisation » restauré au Vuache

Nous avons aussi eu la chance et le privilège de rencontrer Monsieur Terazzi, dont le père réparait lesdits « fours à charbon de bois » et côtoyait donc les républicains espagnols du GTE 514 qui les utilisaient.

                               Mr Terazzi posant devant le « four à carbonisation » au Vuache

Il nous raconta qu’un jour, enfant, alors qu’il accompagnait son père qui devait intervenir sur un four endommagé, un républicain espagnol qui fabriquait des marionnettes en bois, lui en offrit une qu’il garda précieusement en l’état jusqu’à ce jour. C’est avec beaucoup d’émotion et de curiosité que nous avons pu découvrir, après notre pèlerinage, cette magnifique marionnette articulée, témoin de l’histoire, fabriquée par un républicain espagnol du GTE 514, Gabriel Vilches, selon toute vraisemblance.

IMG_1098 Monsieur Terazzi maniant avec précaution sa marionnette

IMG_1097IMG_1099IMG_1101IMG_1104Comme Gabriel Vilches, Mr Terazzi a fait danser sa marionnette

Ce sont ces mêmes marionnettes qui, plus tard, firent l’animation lors des veillées au plateau des Glières en 1944 où 56 résistants républicains espagnols (dont Gabriel Vilches), répartis dans les Sections « Ebro » et « Renfort Ebro », étaient présents et prirent part activement à la bataille des Glières. Miguel Vera, Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole en Haute-Savoie, nous lira, lors du repas, un extrait du livre Glières, Haute-Savoie. 31 janvier-26 mars 1944. Première bataille de la Résistance, de Louis Jourdan, Julien Helfgott et Pierre Golliet, sur les Espagnols et leurs fameuses marionnettes.

IMG_1118                               Mr Vera recoupant l’histoire de Savigny avec celle des Glières

A la page 88, nous pouvons lire effectivement que les résistants républicains espagnols au plateau des Glières « avaient l’art de vivre avec peu de choses, de s’installer avec presque rien, d’organiser des veillées où ils chantaient les chansons de leur pays en faisant danser des marionnettes ».

IMG_1130

Arrivés enfin tout au bout du chemin, dans la clairière de Plamont, Monsieur Bernard Fol, au nom de la Société de chasse, nous a accueillis et offert l’apéritif dans la « cabane des chasseurs ».

IMG_1056                        Fin du « Chemin des Espagnols » à la cabane des chasseurs à Plamont

Monsieur Jean-Louis Mugnier a profité de cette pause pour nous donner des informations complémentaires et faire un discours.

IMG_1058

Discours de Monsieur Jean-Louis Mugnier à Plamont :

« Juste un petit mot en ce lieu final de notre pèlerinage pour vous dire combien nous sommes touchés, honorés et heureux de vous accueillir aujourd’hui dans notre commune. Commune de Savigny qui a des liens-vous l’ignoriez peut-être jusqu’à ce jour  – avec votre histoire.

Et si vous et nous sommes là aujourd’hui en ce magnifique jour plein de soleil c’est  par la  rencontre de deux volontés la vôtre et la nôtre.

La vôtre bien évidemment qui êtes membres de l’Amicale de la Résistance Espagnole, brillamment conduite par son président Miguel Vera qui se donne deux objectifs.  Le premier de ces objectifs que l’on a pris l’habitude de nommer « devoir de mémoire » consiste à conserver et honorer le souvenir de ceux qui furent vos parents, grands-parents, arrière grands parents et qui au péril de leur vie se sont engagés dans la Résistance et ont contribué grandement à la libération de notre pays et à l’écrasement des infâmes idéologies fasciste et nazie. Votre deuxième objectif est d’être, comme vous l’écrivez, des passeurs de mémoire, soucieux de transmettre aux jeunes générations les valeurs démocratiques que nous ont léguées ces héroïques « républicains espagnols », valeurs dont la pérennité n’est jamais certaine car elles sont sans cesse menacées par  les replis nationalistes et racistes.

Quant à notre volonté elle a bien entendu les mêmes motivations que la vôtre mais  auxquelles s’ajoute celle de ne pas laisser tomber dans l’oubli un épisode douloureux mais bien réel  de notre histoire locale celui du GTE 514, ce Groupement de Travailleurs Étrangers,  travailleurs contraints et durement  traités, Espagnols dans un premier temps, de septembre 1940 à septembre 1941, Juifs dans un deuxième temps d’octobre 1941 à Août 1942. Notre volonté peut heureusement s’appuyer sur le soutien de notre municipalité qui approuve et accompagne cette double démarche à la fois historienne et éthique : ne rien oublier du passé de notre histoire locale  et  honorer la mémoire de ceux qui  se sont battus pour notre pays et la démocratie. Cet engagement explique la présence à nos côtés de  Mme Lavorel et M. Loubier tous deux maire-adjoints. Madame le maire Béatrice Fol, aurait bien aimé être présente mais elle est retenue aujourd’hui par d’autres  obligations. Remercions aussi la société de chasse plus particulièrement  son président Yann Fol ainsi que  Bernard Fol qui est venu ouvrir leur cabane et proposer un apéritif. La commune a par ailleurs mis gracieusement  à notre disposition  une des grandes salles de la mairie et la cuisine de la salle des fêtes afin d’y préparer et déguster la traditionnelle Paella de votre Amicale.

Il nous faut donc maintenant redescendre au chef-lieu soit avec nos voitures soit avec nos jambes!

Nous espérons que cette journée qui vous a fait découvrir (ou redécouvrir) ce petit village de Savigny  situé à l’extrême ouest de notre Haute-Savoie et  qui vous a fait mettre vos pas sur  le chemin que vos compatriotes ont construit à la pelle et à la pioche il y a trois quarts de siècle vous laissera un souvenir fort ».

Nous avons ensuite rebroussé chemin jusqu’à la grande salle citoyenne de Savigny où notre cuistot, Ange Vera, frère cadet du Président de l’Amicale, nous avait concocté, comme à l’accoutumée, une excellente paella, avec l’aide de Martine.

IMG_1063IMG_1088

Avant de passer à table, nous avons partagé le verre de l’amitié, offert par Monsieur Barthélémy Gonzalez Rodriguez, descendant de républicains espagnols.

IMG_1073            Barthélémy en train de préparer des assiettes de jambon espagnol pour l’apéritif

IMG_1069Au centre, Béatrice,son épouse, préparant des toasts avec Paquita (à gauche) et Dorita (à droite)

IMG_1084L’apéritif, très copieux, à l’extérieur de la grande salle citoyenne de la mairie

La paella à présent à point et bien méritée, nous l’avons savourée dans une ambiance très conviviale.

IMG_1090                                                                         ¡A comer!

IMG_1109IMG_1112IMG_1105IMG_1111IMG_1113IMG_1114

Cette sortie à Savigny fut une belle réussite. Nous sommes tous ravis d’avoir découvert le « Chemin des Espagnols » et son histoire, et pu marcher sur les pas des républicains espagnols du GTE 514.

Cette journée n’aurait jamais pu être un tel succès sans le concours de plusieurs personnes qui se sont démenées pour que cette sortie à Savigny nous laisse des souvenirs impérissables.

Nous tenons à remercier très chaleureusement la mairie de Savigny pour son implication dans notre projet et pour le prêt de la grande salle citoyenne pour notre paella, ainsi que les deux élus qui nous ont très bien accueillis et accompagnés sur le « Chemin des Espagnols », Monsieur Pascal Loubier et Madame Ingrid Lavorel. Ils représentaient Madame Béatrice Fol, maire de Savigny qui, à son plus grand regret, n’a pas pu être des nôtres ce jour-là.

Nous remercions également la Société de chasse et son président Yann Fol, ainsi que Monsieur Bernard Fol qui nous a gentiment ouvert la « cabane des chasseurs » à Plamont et conviés à un apéritif.

Nous tenons aussi à remercier vivement Béatrice et Barthélémy Gonzalez Rodriguez qui nous ont offert le verre de l’amitié avant le repas.

Nous remercions également Paul Dupont et son épouse Francisca Dupont/Ledesma, à l’initiative de cette belle sortie qu’ils ont parfaitement menée à terme, ainsi qu’Ange Vera pour sa succulente paella dont lui seul a le secret.

Nous adressons enfin nos plus vifs remerciements à Madame et Monsieur Mugnier, tous deux passionnés d’histoire, qui nous ont admirablement accueillis et guidés tout au long de cette journée que nous garderons à jamais gravée dans nos mémoires.

IMG_1108                                                          Françoise et Jean-Louis Mugnier

Pour en savoir plus sur l’histoire des républicains espagnols du GTE 514 à Savigny, lisez l’excellent article de Monsieur Jean-Louis Mugnier, historien local :

Le saviez-vous? Des Espagnols à Savigny (GTE 514)

 Article du Dauphiné Libéré sur notre sortie à Savigny le 1er juin 2019 :Dauphiné Libéré 6 juin 2019

Cérémonie à la mémoire de Richard Andrès et Léon Bouvard

Dimanche 20 janvier 2019 à 11h30 a eu lieu la cérémonie en hommage à Richard Andrès et Léon Bouvard au square Andrès et Bouvard à Sur-les-Bois, commune d’Annecy-le-Vieux.

DSC_3847

Malgré le froid, le public est venu nombreux, tout comme les porte-drapeaux. Cette année, la Chancelière du Consulat Général d’Espagne à Lyon, Madame Gemma Cantera Blasco, nous a honorés par sa présence.

200

Après les discours, les élèves de l’École Élémentaire de Sur-les-Bois ont fleuri le Monument à Richard Andrès et Léon Bouvard, en déposant chacun une fleur. Ils étaient accompagnés de leur enseignante, Madame Marjorie Hegelbacher.

A suivi le dépôt de gerbes :

-Gerbe déposée par Monsieur Bernard Accoyer, Maire de la commune déléguée d’Annecy-le-Vieux, accompagné de Madame Aurélie Lebourgeois, Directrice de Cabinet de Monsieur le Préfet de la Haute-Savoie et de Madame Laure Townley-Bazaille, Conseillère Départementale.

-Gerbe déposée par Monsieur Philippe Cherpitel, Président du Souvenir Français, accompagné de Monsieur Jean Excoffier, Président de l’UDAC.

-Gerbe deposée par Miguel Vera, fils de Résistant, Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole, et de Madame Gemma Cantera Blasco, Chancelière du Consulat Général d’Espagne à Lyon.

DSC_3853

Pour mémoire, Richard Andrès fut un Résistant de la première heure et l’organisateur des premiers Maquis. Il fut le fil conducteur qui permit à chaque Républicain Espagnol des Groupes de Travailleurs Étrangers cantonnés en Haute-Savoie de déserter ces Groupes et rejoindre les Maquis.  Avec ces Maquis Espagnols commandés par Miguel VERA, Richard Andrès prit de plus en plus d’importance. Il fut nommé chef du SAP – Service Atterrissages et Parachutages – pour la Haute-Savoie.

La Mission Interalliée (mission Musc), venue de Londres, fut reçue à l’Auberge du Lyonnais, plaque tournante de la Résistance, seule adresse connue des Alliés et siège du PC de la Résistance Espagnole.

Cette Mission devait, dans un premier temps, vérifier l’organisation et l’effectif des Maquis. Dans un deuxième temps, évaluer la capacité de ces Maquis à recevoir des armes et la quantité. C’est Richard Andrès qui conduit la mission Musc auprès des Maquis de toute la Haute-Savoie. Un travail énorme et très dangereux pour Andrès (déplacements, contacts avec les Maquis, communications avec Londres, rapports à l’État-Major de la Résistance), dans la clandestinité.

Il s’en suit une grande amitié entre le chef de la Mission Musc, le Lieutenant-Colonel Xavier Heslop et Richard Andrès. Heslop a une grande estime pour Andrès.  Il apprécie énormément le travail et la valeur de Résistant d’Andrès. Il l’a écrit dans ses mémoires.

Richard Andrès a joué un rôle très important pour obtenir des armes auprès des Alliés. Les Maquisards Espagnols se sont trouvés au premier plan pour l’organisation et la réception de ces armes.

La Haute-Savoie est le premier département de France à s’être libéré par ses seules forces unies de la Résistance, cas unique en France. Nous pouvons ajouter : grâce aux armes envoyées par les Alliés.

Richard Andrès a joué un rôle de premier plan auprès de la Mission Musc pour obtenir ces armes libératrices.

Discours de Miguel Vera à Annecy le Vieux le dimanche 20 janvier 2019

La cérémonie en photos :

https://photos.google.com/share/AF1QipO5_dZy8GDkVTmYQvUvF9-q2Go9LDo3NvY2-FQsMalueUBuwJgmo9YPNyvWrAdupA?hl=fr&key=c1hNX2tVaENaYWd6YVoxbXdtNzBONlBZR2Vibk1n

La cérémonie en vidéo :

 

 

 

Conférence de Miguel Vera au collège « Le Semnoz » de Seynod (Haute-Savoie)

Dans le cadre de l’EPI (Enseignement Pratique Interdisciplinaire) « Passeurs de mémoire » [histoire-espagnol-musique], la classe hispanisante de 3è1-3è2 a étudié la Résistance espagnole en Haute-Savoie, retraçant tout l’itinéraire des exilés républicains espagnols de la Guerre d’Espagne à la Haute-Savoie, s’appuyant sur l’exposition « En quête de liberté : de la Guerre d’Espagne à la Haute-Savoie », prêtée par le Conseil Départemental, support d’étude pour nos collégiens :

thumb_IMG_1668_1024

Elle a servi également à Miguel Vera lors de la conférence qu’il a donnée au collège « Le Semnoz » de Seynod le jeudi 17 mai 2018, pour illustrer ses propos :

thumb_IMG_1660_1024

Lors de son intervention, le Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole en Haute-Savoie a expliqué aux élèves le parcours de ces exilés républicains qui ont fui massivement l’Espagne à la victoire de Franco en 1939, traversant les Pyrénées dans des conditions effroyables pour gagner à la hâte le sol français, synonyme pour eux de Liberté. D’abord parqués sur des plages du sud de la France en attente de leur sort, beaucoup intégrèrent plus tard les C.T.E. (appelées ensuite G.T.E.), dont trois de 250 hommes chacun (G.T.E. n° 514, 515 et 517) arrivèrent en gare d’Annecy le 20 septembre 1940 pour des tâches diverses dans notre département (coupe de bois, assèchement du marais d’Epagny, travaux de voirie, besoin de main d’œuvre dans des fermes, dans des carrières, etc.). Vu les conditions extrêmes dans ces Groupes de Travailleurs Étrangers et leur soif inassouvie de Liberté, de nombreux Espagnols désertèrent et gagnèrent le maquis. Se mit alors en place une Résistance espagnole, autant active qu’efficace, autour du Commandant Miguel Vera dont son fils, qui porte le même nom que lui, se faisait aujourd’hui le « passeur de mémoire » :

thumb_IMG_1664_1024

La Résistance espagnole en Haute-Savoie a su trouver sa place au sein de la RÉSISTANCE, la « Section EBRO » s’illustrant même brillamment au Plateau des Glières. Les Résistants espagnols prirent part activement à la Libération d’Annecy et de la Haute-Savoie, et payèrent aussi un lourd tribut durant cette Seconde Guerre mondiale. Tous ces sacrifices humains ne doivent pas tomber dans l’oubli; d’où cela tient tant à cœur à Miguel Vera de sillonner le département pour raconter l’histoire, souvent méconnue ou mal connue, des exilés républicains espagnols en Haute-Savoie et leur contribution tant dans le développement et l’économie de notre département que dans la Résistance face à l’ennemi :

thumb_IMG_1670_1024

Pour remercier Miguel Vera de sa venue et de son témoignage poignant, les collégiens lui avaient préparé une petite surprise à la fin, se mettre face à lui pour lui chanter ¡Ay Carmela!, préparée en cours de musique avec leur professeure impliquée dans l’EPI, chanson qu’il affectionne tant et qui lui a fait vraiment chaud au cœur, entouré en prime par l’exposition symbolique « En quête de Liberté : de la Guerre d’Espagne à la Haute-Savoie » que la professeure documentaliste, elle-même engagée dans cet EPI, avait soigneusement positionnée dans son CDI pour accueillir et honorer le fils du Commandant des Résistants espagnols en Haute-Savoie :

DSC04458

 

Article Sébastien sur la conférence de Miguel du 17 mai 2018