Article mis en avant

Les mots du Président…

Les Résistants espagnols de la Haute-Savoie parmi les premiers « soldats civils » de l’Armée Secrète.

Le Comte François de Menthon crée son mouvement de Résistance « Liberté » en novembre 1940.

En novembre 1941, le mouvement « Libération Nationale » d’Henri Frenay et « Liberté » de François de Menthon fusionnent leurs forces pour créer le mouvement « Combat ». Cet accord a lieu à Lyon, d’où le mouvement doit se propager.

Une cellule est amenée à Annecy, à l’Auberge du Lyonnais. Les aubergistes Jean-Marie et Flora Saulnier deviennent les deux premiers Agents P2 de la France combattante du mouvement « Combat ».

De ce mouvement émane l’Armée Secrète. Les Espagnols ont leur P.C. à l’Auberge du Lyonnais.

Voilà comment les Résistants Espagnols se sont trouvés parmi les premiers « soldats civils » de l’Armée Secrète.

La création de ce site a comme objectif principal de faire connaître le parcours exceptionnel de ces combattants de la Liberté, parcours ignoré du public et surtout complètement absent des livres d’histoire.

Dans ce sens, nous faisons un appel aux descendants, amis, sympathisants et à toutes les personnes qui posséderaient des documents de cette époque. Ces documents devront couvrir leur passage dans les camps d’internement du sud de la France, leur engagement dans les Compagnies de Travailleurs Étrangers, la Légion, la Résistance, etc.

Peu à peu nous pourrions ainsi nous approcher de notre objectif, ouvrir au grand jour cette facette de l’histoire si méconnue et continuer l’action de passeurs de mémoire pour les nouvelles générations.

Miguel VERA, Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole en Haute-Savoie.

 

&&&

 

Les mots du Maire d’Annecy, Jean-Luc RIGAUT, sur le rôle des Républicains Espagnols dans la Résistance en Haute-Savoie et la Libération d’Annecy.

Interview de TV 8 Mont-Blanc le 27 mai 2014 lors de l’inauguration du « Monument aux Espagnols » rénové :

 

&&&

 

Discours du Général Jean-René BACHELET, Président de l’Association des Glières, lors du baptême de la Section EBRO du 27ème BCA à Thorens-Glières le 16 octobre 2015 :

87ème anniversaire de la Seconde République Espagnole

Pour commémorer le 87ème anniversaire de la proclamation de la Seconde République Espagnole, une magnifique cérémonie a été réalisée à Annecy le dimanche 15 avril face au monument « Aux Espagnols morts pour la Liberté dans les rangs de l’Armée Française et la Résistance ».

IMG-20180416-WA0032

En présence des autorités, des élus et d’un public venu nombreux.

IMG-20180416-WA0037

Vingt-cinq drapeaux entouraient le monument.

IMG-20180416-WA0000IMG-20180416-WA0062

Nous avons été honorés par la présence du Président du Conseil Départemental, Monsieur MONTEIL.

Après l’allocution du Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole, deux arrière-petites-filles de Rescapés des Glières ont lu le texte et le poème inscrit sur le pupitre qui identifie le monument.

IMG-20180416-WA0031

Claire Gomez, arrière-petite-fille de Angel Segura de la Section EBRO aux Glières a lu le texte.

IMG-20180416-WA0001

Julie Rossique, arrière-petite-fille du Commandant Miguel Vera, chef des Espagnols aux Glières, a lu le poème de José Angel Valente.

IMG-20180416-WA0008

Ensuite, on a écouté une entraînante version du « Passage de l’Ebre ».

Avec beaucoup d’émotion, un hommage solennel a été rendu à ces Républicains Espagnols combattants de la Liberté.

IMG-20180416-WA0070 IMG-20180416-WA0073 IMG-20180416-WA0083

Article du Dauphiné Libéré

 

 

 

 

 

Le saviez-vous? Des Espagnols à Savigny (GTE 514)

Nous remercions très chaleureusement Monsieur Jean-Louis MUGNIER pour le formidable travail qu’il a réalisé sur le GTE 514 à Savigny et qu’il nous autorise à publier sur notre site. Pour le découvrir, cliquez sur Des Espagnols à Savigny

Né et habitant à Savigny en Haute-Savoie, je fus 32 années durant professeur d’histoire-géographie au lycée des Glières d’Annemasse.  Membre de la « Salévienne » et  conscient de notre devoir de ne pas laisser sombrer dans l’oubli les héritages de nos pères et les traces de notre passé, je m’intéresse tout particulièrement à l’histoire locale et régionale. Mes recherches me conduisent à interroger la mémoire du pays, à rassembler des documents, à rédiger et publier des textes,  tel celui que je vous ai adressé et à faire des conférences-débat.

Si vous avez des documents, des souvenirs et des témoignages sur le camp de Savigny (GTE 514), pourriez-vous me les transmettre à jeanlouisetfrancoise@gmail.com afin d’avoir une connaissance plus complète de ce que fut le dur séjour de ces « travailleurs étrangers espagnols » dans mon village.

 

A.G. 2018

Nous avons célébré notre Assemblée Générale le samedi 20 janvier 2018 au Club Espagnol à Annecy.

De gauche à droite : Miguel VERA, président; Carlos MACHADO, trésorier; Françoise Dupont, vice-présidente et Gérard MERINO, secrétaire.

Composition du Bureau de l’Amicale, de gauche à droite : Miguel VERA, président; Carlos MACHADO, trésorier; Françoise DUPONT, vice-présidente et Gérard MERINO, secrétaire.

Cette rencontre est un moment privilégié pour nous tous. C’est un moment de convivialité, de partage, d’amitié. C’est l’opportunité de s’exprimer, de dire ce qui nous tient à cœur. C’est aussi un moyen pour renforcer les liens qui nous unissent au sein de notre Association.

IMG_6736

Les adhérents, souriants et heureux de se retrouver en ce début d’année pour l’A.G.

Dans les points à l’ordre du jour, un était particulièrement riche, celui du «Rapport d’activités pour l’année 2017». Cela nous a permis de visionner une courte vidéo réalisée par TV8 Mont-Blanc, un extrait de l’inauguration de l’exposition « En quête de Liberté : De la Guerre d’Espagne à la Haute-Savoie » :

Nous avons également regardé des photos de la journée du dimanche 30 juillet 2017, « Glières Fête la Liberté », à laquelle nous avons participé :

428287-Reportage,Plateau-des-Glières,- _DSC1823 _DSC1808 _DSC1826 428332-Reportage,Plateau-des-Glières,- 428347-Reportage,Plateau-des-Glières,- 428364-Reportage,Plateau-des-Glières,- IMG-20170730-WA0000 428318-Reportage,Plateau-des-Glières,- (1) 428372-Reportage,Plateau-des-Glières,- 428373-Reportage,Plateau-des-Glières,-

 

Une fois l’ordre du jour de l’A.G. épuisé, nous avons partagé le verre de l’amitié et dégusté la galette des Rois.

IMG_6739 IMG_6738 IMG_6744 IMG_6746 IMG_6741

Compte-rendu de l’Assemblée Générale : CR AG 2018-

 

 

 

Projet pédagogique avec le lycée de l’Albanais de Rumilly le 12/12/2017

Les lycéens des classes hispanisantes de 1ère, séries générales et technologiques, ont eu le privilège d’assister ce jour à deux conférences de Miguel VERA, fils du Commandant des Résistants républicains espagnols du même nom et Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole en Haute-Savoie, venu retracer le parcours des républicains espagnols de la Guerre d’Espagne à notre département.

Ce projet pédagogique s’inscrit dans le cadre du programme d’espagnol du niveau de 1ère qui traite la Guerre d’Espagne (1936-1939) et qui avait été étudiée en amont. Pour bien poser le décor de ces conférences, les professeurs d’espagnol avaient installé dans l’atrium du lycée l’exposition « En quête de Liberté : de la Guerre d’Espagne à la Haute-Savoie », prêtée par le Conseil Départemental et accessible à tous.

Au cours de ses interventions, Miguel VERA a expliqué le parcours des républicains espagnols de la « Retirada » à la Haute-Savoie, insistant sur les étapes des camps d’internement dans le sud de la France, des CTE (Compagnies de Travailleurs Étrangers) n°514, 515 et 517 arrivées le 20 septembre 1940 en gare d’Annecy et leurs contributions dans notre département, pour finir par le rôle des Résistants républicains espagnols dans le maquis des Glières et la libération de la Haute-Savoie.

A l’issue des deux conférences, les lycéens ont posé des questions en espagnol à Miguel VERA qui s’est bien prêté au jeu des questions-réponses. Ses interventions se sont toutes terminées par de chaleureux applaudissements et la promesse de se retrouver l’an prochain pour une autre série de conférences tout aussi intéressantes qu’émouvantes.

Miguel VERA dans l'amphithéâtre du lycée de l'Albanais face aux élèves de 1ère, séries générales et technologiques, attentifs et intéressés.

Miguel VERA dans l’amphithéâtre du lycée de l’Albanais face aux élèves de 1ère, séries générales et technologiques.

L’événement vu par la presse : Article du Dauphiné libéré sur les conférences de Miguel Vera

 

 

 

Le Monument aux Espagnols d’Annecy à l’honneur en octobre 2017.

Le Monument « Aux Espagnols morts pour la Liberté dans les rangs de l’Armée Française et la Résistance » (1940-1945) fut d’abord la volonté de la Municipalité d’Annecy pour rendre hommage aux Résistants espagnols, comme le rappelle Gérard Métral, actuel Président de l’Association des Glières :

« A Annecy, au début de l’avenue de Genève, s’élève le monument célébrant les Espagnols morts pour la Liberté. Cette œuvre, réalisée par le sculpteur Baltasar Lobo, témoigne de l’engagement des Espagnols au côté des Résistants français pour rétablir la Liberté dans cette France qui collaborait avec le régime nazi. Sur le Plateau des Glières, avec la Section Ebro et Renfort Ebro, leurs présences, dès la création de ce maquis, participa grandement au développement, sous la devise donnée par leur chef Tom Morel, Vivre libre ou Mourir, de l’Esprit des Glières, union de tous ces combattants de l’ombre rejetant toutes discriminations, raciale, politique ou confessionnelle ».

MonEsp 08 (1)

Dès 1946, Monsieur Lyard, premier Maire élu après la Libération, entreprit le projet du Monument et acquit le terrain. Pour le financement, le Commandant Miguel Vera et la Municipalité d’Annecy ouvrirent une souscription auprès de toutes les Mairies de Haute-Savoie. Mais, lorsque José Calviño, républicain espagnol, apprit la nouvelle, il manifesta son intention de le financer lui-même car, pendant la guerre, Miguel Vera l’avait aidé à passer en Suisse pour rejoindre Londres où il avait une entreprise de transport. En signe de reconnaissance, il voulut payer tous les frais du Monument et choisit lui-même le sculpteur Baltazar Lobo pour réaliser cette œuvre, artiste que nous présente admirablement bien Gérard Métral, grand connaisseur en art :

« Baltasar Lobo avait connu un parcours identique à bien des Espagnols fuyant le régime franquiste. Participant à la guerre d’Espagne dans le camp des Républicains de l’armée de Catalogne, il quitta l’Espagne en 1939 et se retrouva prisonnier dans le camp d’Argelès d’où il échappera. Plus tard, arrivant à Paris, il se liera d’amitié avec Pablo Picasso (l’œuvre d’Annecy reprend le titre d’une peinture de Picasso datant du 31 janvier 1947) et un grand nombre d’artistes de l’École de Paris dont l’influence est manifeste dans la sculpture d’Annecy, notamment Henri Laurens. En 1948, il participera au salon de la sculpture au Musée Rodin à Paris au côté d’Émile Gilioli, le futur auteur du Monument National à la Résistance sur le Plateau des Glières (2 septembre 1973). La ville d’Annecy peut être fière de posséder une œuvre de cet artiste reconnu par de nombreux prix. Sa facture résolument contemporaine et fortement expressive marque une rupture avec les traditionnels monuments aux morts qui étaient érigés au début des années cinquante. Elle est le témoignage indéfectible des Espagnols à la France et à ses valeurs ».

Monument rénové avec la Plaque explicative

Le Monument fut inauguré le 17 août 1952 pour le 8ème anniversaire de la Libération d’Annecy par le Commandant Miguel Vera et le Maire d’Annecy, Monsieur Georges Volland.

MONUMENT ESPAGNOL I224

Il fut rénové en 2014 par la Municipalité d’Annecy.  Son inauguration eut lieu le 27 mai 2014 en présence de Miguel Vera, fils du Commandant Miguel Vera et Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole en Haute-Savoie, accompagné du Général Jean-René Bachelet, Président de l’Association des Glières, et de nombreuses Autorités dont Madame Anne Coste de Champeron, Sous-Préfète et Directrice du Cabinet de la Préfecture de Haute-Savoie; Monsieur Antoine de Menthon, Vice-Président du Conseil Régional, et Monsieur Jean-Luc Rigaut, Maire d’Annecy, qui s’exprima au micro de TV8 Mont-Blanc pour l’occasion :

MonEsp 01

En octobre 2017, il a été mis tout particulièrement à l’honneur. En effet, le lundi 9, une équipe de la télévision espagnole (Madrid), après être passée par Argelès-sur-Mer et les annexes du Camp, est venue à Annecy pour filmer le Monument et les sites historiques de la création des Maquis espagnols. Elle s’est ensuite rendue à Paris pour enregistrer des témoignages et prendre des prises de vue de l’atelier où avait été sculpté le Monument aux Espagnols d’Annecy.

Trois jours après, le 12 octobre, les élèves hispanisants de la 3°1 et la classe de 3°2 du collège « Le Semnoz » de Seynod ont eu le privilège de découvrir l’œuvre de Baltazar Lobo lors d’une sortie pédagogique dans le cadre de leur EPI (Enseignement Pratique Interdisciplinaire) « Passeurs de mémoire », mené conjointement par leurs professeurs d’histoire et d’espagnol. Miguel Vera, Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole en Haute-Savoie, les attendait devant le Monument pour en faire l’historique et leur transmettre la mémoire de ces Républicains espagnols qui se sont battus aux côtés des Résistants français en Haute-Savoie, pour notre Liberté. Ce fut un moment émouvant pour les élèves et l’occasion de découvrir que la mémoire peut aussi s’inscrire dans la pierre.

DSC03023

IMG_6652

 

« Glières fête la Liberté » le 30/07/2017.

Dimanche 30 juillet dernier s’est déroulée la journée « Glières fête la Liberté ».

_DSC1771

Le thème était le parcours des Républicains espagnols de 1936 à 1944 aux Glières. Nous avons tenu un chapiteau richement décoré aux couleurs républicaines espagnoles.

428318-Reportage,Plateau-des-Glières,- (1)

Il a eu beaucoup de succès, surtout qu’il était fourni de sangria et tapas.

428373-Reportage,Plateau-des-Glières,-

Beaucoup d’autres animations ont eu lieu au long de cette journée.

_DSC1803

Dès midi, nous avons pu assister à un spectacle époustouflant du Club de parachutistes d’Annecy.

428359-Reportage,Plateau-des-Glières,-

La fête fut clôturée par l’évocation historique en hommage aux Républicains espagnols, un spectacle magnifiquement interprété par le groupe « Un air de famille ».

_DSC1826

« La fête de la Liberté » en diaporama : https://photos.google.com/share/AF1QipMcCKN4G1AWAmiB74qZityrHO1enZ4exUhMKHDUuCoRZqF4UOxNkzg9VuNyN1CgoQ/photo/AF1QipOK92XUFE5chPM909gMgr4gzEoNOIWnfbZRuDkd?key=akpxbUNoOUdFdTh0R25BelhkZE82QmpsTkxlVldB&hl=fr

Cérémonie du 23 avril 2017

Ce dimanche 23 avril 2017, nous avons commémoré devant le monument aux Espagnols à Annecy le 86ème anniversaire de la proclamation de la 2ème République Espagnole et rendu hommage à la mémoire de ces combattants de la Liberté qui ont si brillamment contribué à la Libération de la France, à rétablir la république et instaurer la démocratie.

IMG-20170423-WA0017

 

Allocution du Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole en Haute-Savoie : Discours de Miguel Vera le 23 avril 2017

IMG_6227

 

La cérémonie du 23/04/2017 en images :

https://photos.google.com/share/AF1QipPlKX83A8EXuEk3kBVK71cv3-1XhLJRYZ8mDPQK3xXIjMGw5DYqd9QIf-3BXegAlA?hl=fr&key=dTdsTFdpV05YYjRpWURGX1ZjTFZPMnpZWUltbzJ3

 

L’article du Dauphiné Libéré sur cette cérémonie :

Cérémonie du 23 avril 2017

Conférence de Miguel VERA au collège « Le Semnoz » de Seynod sur le thème de la Résistance espagnole en Haute-Savoie.

Le vendredi 14 avril 2017, Miguel VERA a donné une conférence à la classe de 3°3 engagée dans un EPI (Enseignement Pratique Interdisciplinaire) HISTOIRE-ESPAGNOL, intitulé « Combattants en Haute-Savoie ». Pendant près de deux heures, Miguel VERA leur a retracé le parcours des Républicains espagnols, de la Retirada à la Résistance en Haute-Savoie. Les élèves, attentifs et intéressés, n’ont pas manqué l’occasion de lui poser des questions sur le parcours de son père, el Comandante Miguel VERA, sur les CTE 514, 515 et 517 arrivées dans notre département le 20 septembre 1940 et sur les travaux que ces Républicains espagnols durent réaliser au sein de ces compagnies (charbon de bois au Semnoz, assèchement des marais d’Epagny, construction de la route qui monte au Semnoz du côté de Duingt, travaux agricoles, etc.). Ils l’ont également questionné sur les maquis espagnols en Haute-Savoie et sur le rôle des Espagnols dans la bataille des Glières et la libération de notre département. Les élèves ont été ravis de la venue de Miguel VERA au collège et ont su apprécier son témoignage poignant qui a donné une toute autre dimension à l’Histoire de ces Républicains espagnols de Haute-Savoie qu’ils avaient découverts à travers les livres et internet.

Miguel VERA au CDI du collège public "Le Semnoz" à Seynod

Miguel VERA au CDI du collège public « Le Semnoz » face à la classe de 3°3 le 14/04/2017.

Cérémonie « Andrès-Bouvard » le 17/01/2016 (article + discours de Miguel Vera + diaporama)

Notre traditionnelle cérémonie  en hommage à la mémoire de Richard Andrès et Léon Bouvard  a eu lieu le dimanche 17 janvier 2016 à Sur-les-Bois, à Annecy-le-Vieux.

Contrairement à nos craintes, le temps a été clément. Juste quelques flocons se sont invités à la cérémonie qui s’est très bien déroulée.  Un public nombreux s’est déplacé pour l’occasion.

DSC04927

Nous avons été honorés par la présence des plus hautes autorités qui ont déposé successivement une gerbe au pied du monument.

  • Gerbe de la Préfecture déposée par Monsieur Hervé GERIN, directeur de Cabinet de la Préfecture.

  • Gerbe de la Mairie d’Annecy-le-Vieux déposée par Monsieur Bernard ACCOYER, Député-Maire d’Annecy-le-Vieux.

  • Gerbe du Conseil Départemental déposée par Madame Valérie GONZO MASSOL, Conseillère Départementale représentant le Président du Conseil Départemental.

  • Gerbe du Souvenir Français déposée par Monsieur Philippe CHERPITEL, délégué cantonal du Souvenir Français.

  • Gerbe de l’Amicale de la Résistance Espagnole déposée par Monsieur Miguel VERA, Président de l’Amicale de la Résistance Espagnole, accompagné du Général Jean-René BACHELET, Président de l’Association des Glières.

Avec émotion, une minute de silence a été observée, suivie de l’éclat de la Marseillaise.

 

Discours de Miguel VERA

Merci de votre présence pour rendre hommage à la mémoire de nos deux héros Richard Andrès et Léon Bouvard.

Cette traditionnelle cérémonie nous réunit chaque année à cette date anniversaire de leur mort autour de ce monument. Monument qui n’est l’œuvre d’aucun artiste. C’est un rocher à l’état naturel qui a été choisi de manière spontanée et avec le cœur. En effet, des Résistants rescapés ont voulu après la libération, marquer à jamais d’une pierre le lieu et le nom de ces braves, pour que les hommes au cours des générations se souviennent.

C’est sur la propriété de Monsieur Garnier à « Sur-les-Bois » au bord de la route de Thônes, lieu de l’embuscade, qu’une pierre gravée des noms et textes a été érigée.

Cette dernière est simple : un rocher de montagne que Messieurs Arsène Vincent, Pierre Sadaoui, Joseph Benedetti de Nâves, Gerlier de l’Essor Savoyard, Jean-Marie Saulnier d’Annecy, Gervais d’Annecy-le-Vieux, sont allés choisir dans la montagne au lieu-dit « Les Grosses Pierres » sur la Commune de Nâves. L’installation a été faite par la Maison Peterlongo d’Annecy, ainsi que la gravure des lettres et le scellement des photos.

L’inauguration a eu lieu le 18 janvier 1946, date anniversaire.

Elle avait rassemblé un groupe de Résistants Espagnols et Français, les autorités locales, ainsi que Monsieur Vavasseur, Président du Mouvement de Libération National de Paris qui présidait la cérémonie.

Ces Résistants rescapés ont voulu avec ce rocher marquer à jamais ce lieu pour que les hommes au cours des générations se souviennent. Sage réalisation car l’érosion de la mémoire par le temps qui passe est inéluctable.

Que ce rocher soit un rempart contre l’oubli.

Dans les temps terribles que nous traversons, combien il est bon de rappeler que la lutte pour la liberté est un combat de tous les jours.

La France est attaquée par un fascisme aussi barbare que celui que nos parents ont combattu en Espagne dès 1936, face à la coalition fasciste Franco-Hitler-Mussolini, puis en France dès 1940 face au même ennemi.

L’attaque perpétrée contre la France est le pire affront, la pire injure, faite à la mémoire de ces Résistants, Républicains Espagnols.

Tant parmi eux ont payé de leur vie pour libérer la France. Tous ont lutté pour rétablir la République française. Eux qui ont proclamé haut et fort leur attachement à cette magnifique France qui est devenue leur patrie. Cette France, pays des droits de l’Homme où chaque citoyen peut vivre librement ses convictions, ses opinions, quelles qu’elles soient.

Nous, héritiers des valeurs de la Résistance, nous avons l’obligation de réagir à ces crimes horribles, odieux.

Avant tout, exprimer notre solidarité aux victimes, nous sommes de tout cœur avec elles, avec celles qui ont payé de leur vie, avec celles qui ont été blessées  et avec leur famille.

Ensuite, dénoncer avec force, ces attentats barbares et inhumains perpétrés contre la France.

Quelle comparaison peut-on observer entre les nazis et les djihadistes.

Dans l’actualité sanglante de ces derniers mois, on peut constater que si les protagonistes ont changé, le raisonnement et l’argumentation restent les mêmes.

Les nazis glorifiaient une mythique race aryenne, race des seigneurs, qui allait étendre les limites géographiques de l’Allemagne par la création du Grand Reich et imposer sa doctrine raciste partout, de gré ou de force.

En dehors d’eux, le reste des populations était composé de sous-hommes qui, dès lors que leur humanité était déniée, étaient voués à l’extermination et à l’esclavage.

Maintenant, les assassins du 13 novembre dernier, agissent au nom d’une religion qu’ils ont dévoyée, dans le même but hégémonique : créer un Califat au Proche-Orient et à l’étendre partout ensuite.

Les adversaires désignés sont les impies, dévalorisés par des épithètes injurieux comme chiens, singes.  De façon analogue aux nazis, tous les moyens sont bons pour les éradiquer. Le plus simple : le massacre ciblé ou indiscriminé, pour semer la terreur.

Les nazis assassinaient mais veillaient à préserver leur propre vie ; les djihadistes méprisent totalement la vie, à commencer par la leur, à l’instar de la légion étrangère franquiste pendant la guerre d’Espagne, dont la devise était  « Vive la mort ».

Richard Andrès, par ses origines sinon ses racines espagnoles, suivit avec un vif intérêt et consternation le déroulement de cette guerre. A l’analyse des événements successifs, il pressentit le drame qui allait s’abattre sur la France en 1940.

Aujourd’hui, la menace sur notre démocratie est clairement identifiée et nous devons réfléchir comment y faire face, chacun dans note domaine.

Inlassablement, nous devons continuer notre travail de mémoire et de réflexion avec le monde scolaire, qui d’ailleurs doit être félicité pour leur engagement en ce sens, pour tendre vers un monde de fraternité et de paix. C’est notre combat.

Nous serons toujours présents pour défendre les valeurs de la France, les valeurs de la République et nous ne nous soumettrons jamais à un ordre fasciste.

Voilà,  le plus bel hommage que nous pouvons rendre à la mémoire de Richard Andrès et Léon Bouvard.

 

La cérémonie en diaporama :

https://picasaweb.google.com/103520140263246504517/CeremonieDu17012016

Baptême de la Section EBRO du 27ème BCA de Cran-Gevrier (Haute-Savoie) [article + diaporama + vidéo + article de presse]

1er février 1944 : Création de la Section EBRO au Plateau des Glières. 16 octobre 2015 : Baptême de la Section EBRO du 27ème BCA à Thorens-Glières, 71 ans d’histoire qui, par ce baptême, va se perpétuer.

Les hommes qui constituaient la Section EBRO au Plateau des Glières en février et mars 1944 ont une longue histoire avec le 27ème BCA.

Déjà en novembre 1942, au moment de la dissolution du 27ème BCA suite à l’occupation de la Zone Sud, les Républicains Espagnols reçurent la mission de garder les armes et munitions récupérées, en bon état de fonctionnement.

Ces armes furent montées aux Glières le 1er février 1944, ce que Tom Morel apprécia énormément. Si tôt arrivés au Plateau des Glières, Tom Morel demande à Miguel Vera d’organiser militairement ses maquisards. La Section EBRO est créée. Pour plus de flexibilité, elle est divisée en deux : EBRO et Renfort EBRO. Tom Morel les dispose dans le secteur le plus difficile à défendre, côté montée du Petit-Bornand.

Le parachutage d’armes par les Alliés, tant attendu, n’a pu avoir lieu à la pleine lune de février à cause du mauvais temps. Il faut attendre la lune de mars. Le Plateau est déjà encerclé par les forces de Vichy. Tom Morel, chef prestigieux, entraîneur d’hommes, avec un enthousiasme communicatif, s’organise pour résister jusqu’au mois de mars.

Le 20 février, devant les maquisards rassemblés au milieu du Plateau, il plante un mat et fait hisser les couleurs. Il déclare : «Ici c’est le premier coin de France libéré!». Il fait adopter la devise: «Vivre Libre ou Mourir».

Une intense émotion parcourt tous les hommes. Les Espagnols vivent un moment presque surnaturel. Un courant de liberté les traverse. Après tant d’humiliations, leur République vaincue en Espagne, la honte dans les camps de concentration au sud de la France, l’esclavage dans les Compagnies de Travailleurs Étrangers, la vie dans la clandestinité, Tom Morel leur rend leur dignité d’homme. Des liens très forts de fraternité se créent entre Tom et eux.

Des Rescapés nous ont raconté : Tom ne disait pas «les Espagnols» mais «MES Espagnols». Quand Tom Morel constitue le Bataillon des Glières, dans les faits, il reconstitue le 27ème BCA. La Section EBRO en fait partie. « Par sa discipline, sa loyauté, elle est la meilleure », écrit Julien Helfgott, camarade de combat, Rescapé des Glières et ancien Président d’Honneur de l’Association des Glières. Ces Républicains Espagnols portent l’uniforme du 27ème BCA.

Photo-page-accueil.jpg

Aux côtés de leurs camarades français, les Espagnols de la Section EBRO présentant les armes à la façon de leur pays, le jour de la prise de commandement du capitaine Anjot.

L’admiration, l’estime et le respect sont réciproques entre eux et Tom. Ils sont toujours à ses cotés. Ainsi, la nuit du 9 au 10 mars, lorsque Tom trouve la mort, lâchement abattu par le commandant des GMR à l’Hôtel de France à Entremont, son corps se trouve posé là, aux pieds de Ángel Segura. On attend un traîneau qu’on est allé chercher dans une ferme voisine. Pour Ángel, voir le corps de Tom, comme il l’appelle, sur la neige, difforme, est une véritable souffrance. L’attente lui devient insupportable. Il n’en peut plus, prend le corps de Tom, le hisse sur ses épaules et entame la montée au Plateau. Dans cinquante centimètres de neige, la progression est difficile. Les 24 autres Espagnols qui ont participé à l’opération, lui emboîtent le pas et se relaient pour porter le corps.

Julien Helfgott a écrit : «Derrière eux, nous étions une colonne morne et silencieuse». Arrivés sur le Plateau, à l’infirmerie, une chambre mortuaire lui est aménagée à l’aide de toiles de parachutes. La sizaine que commande José Caballero tient à monter une garde d’honneur pendant 24 heures.

Collection départementale 74 / Fonds Raymond Perrillat / Association des Glières

Avec le souvenir de Tom, sa veuve, Marie-Germaine, et son fils, l’Amiral Philippe Morel, ont maintenu jusqu’à leurs derniers jours des liens plus que familiaux avec les Espagnols de la Section EBRO.

La longue histoire entre les hommes de la Section EBRO et le 27èmè BCA, le destin veut la perpétuer. Par quel hasard le lieutenant Bourillet, qui va commander la section EBRO du 27, est-il l’arrière petit-fils de Tom Morel?

12091168_1070617112971171_3033773190770358072_o (1)

Le Lieutenant Théophane Bourillet, arrière petit-fils de Théodose Morel, prend le commandemant de la Section EBRO du 27ème BCA. QUEL SYMBOLE!!!

Baptême de la Section EBRO du 27ème BCA en diaporama :

https://picasaweb.google.com/103520140263246504517/BaptemeDeLaSectionEBROLe1610201502

 

Discours du Général Jean-René BACHELET, Président de l’Association des Glières :

Article du Dauphiné Libéré sur cet événement :

thorens les glieres 16 10 2015 001